Le contenu de cette page nécessite une version plus récente d’Adobe Flash Player.

Obtenir le lecteur Adobe Flash

Présentation

| contacts |
| situation |
| plan des bâtiments|
| évacuation-incendie |
| renseignements
  généraux |
| inscriptions |
| historique |


Mise à jour de vos
coordonnées
(par mail, fax ou courrier)

 

Visitez la page

Lire l'e-magazine e-journal

Vidéos YouTube YouTube

certification iso14001

 


Bienvenue sur le site web de Sainte-Véronique !
Découvrez notre école ainsi que les dernières news de la vie du collège.

Bonne visite

   

meilleurs voeux


100% de réussite aux examens du Cambridge : First Certificate


News

 

mardi 27 janvier 2015 - 19h
PORTES OUVERTES

présentation de l'école aux élèves de 6e primaire

Renseignements auprès de :
J. LEYEN, Directrice adjointe - 0498 91 45 44 - jo.leyen@sainte-veronique.be

C. MODAVE, Directeur - 0475 75 97 50

 

Feuilletez notre E-magazine n°7 (voir +)

12 et 13 janvier : journées pédagogiques (formation IFC)

Sécurité des élèves aux abords des écoles  (voir +)

OBJECTIFS ISO 2014 / 2015
   
L'ensemble des objectifs  (voir +) - Economisons du papier... (voir +)





contacts

Collège Sainte-Véronique - rue Rennequin Sualem, 15 - 4000 LIEGE - tél. 04 252 40 72- fax 04 254 28 40

E-mail : isv@skynet.be

Site web : www.college-sainte-veronique.be

Page Facebook : Collège Sainte-Véronique/ Page officielle (voir +)

Direction : Christian MODAVE : 04 252 40 72 - 0475 75 97 50
Directeurs adjoints :
Joëlle LEYEN - Cycle inférieur de transition 0498 91 45 44 - jo.leyen@sainte-veronique.be
Véronique URBIN CHOFFRAY - Cycle supérieur de transition 0498 91 45 45 - v.urbin@sainte-veronique.be
Secrétariat de direction : Alain LEPAGE 0498 91 45 40 - a.lepage@sainte-veronique.be
Comptabilité : Yves BARTHOLOME 0498 91 45 49 - economat@sainte-veronique.be
Secrétariat des élèves : Liliane RUFFINI et Vanessa BRASSEUR -
secretariat.eleves@sainte-veronique.be
Préfets de discipline :
Bernard HELLA (1e-2e-3e-4e) 0498 91 45 41 - hlbstev@gmail.com
Véronique JANSEN (5e-6e) 0498 91 45 48
En collaboration actuellement avec l'école :
Centre psycho-médico social LIEGE II - pmsliege2@skynet.be
Véronique TIMMERMANS (1, 2 sec.) et Mme FRENOY (3,4,5,6 sec.) - tél. 04 252 15 63 - fax 04 254 08 34
Site Internet - page officielle Facebook - e-magazine : Mathias TYSSENS en collaboration avec les élèves de 5e et 6e du cours d'option Français Sup et Communication.
Pour toutes informations : mathiastyssens@hotmail.com
Espace numérique de travail (ENT) : Isabelle MARX - isabellemarx@hotmail.com

Site et journal électronique réalisés par Inforef.

^

bâtiments

 

situation

plan

Autoroute : sortie Avenue de l'Observatoire, à la sortie du tunnel de Cointe
Train : à 500 m de la gare des Guillemins
Bus : nombreux bus rue Louvrex et Boulevard d'Avroy

Sécurité des élèves sur la route de l'école : (voir+)

^

plan des bâtiments

survolez nos bâtiments

Le contenu de cette page nécessite une version plus récente d’Adobe Flash Player.

Obtenir le lecteur Adobe Flash


^

évacuation-incendie

Voir le plan d'évacuation, les points de ralliement prévus par niveau : 1e - 2e - 3e - 4e - 5e - 6e

renseignements généraux

L'école est ouverte dès 7h30.
L'horaire des cours varie en fonction des classes entre 8h15 et 16h40.
Une étude gratuite est organisée tous les jours, sauf le mercredi, de 16h40 à 17h30.
Le mercredi les cours se terminent à 11h55 ou 12h45.

^

inscriptions

inscriptions

Toute demande d'inscription d'un élève émane des parents ou de la personne responsable. Avant l'inscription, l'élève et ses parents ont pu prendre connaissance des documents suivants :

  • Le projet éducatif et pédagogique du Pouvoir Organisateur
  • Le projet d'établissement
  • Le règlement des études
  • Le règlement d'ordre intérieur (version 2007-2008) (Cf. les articles 76 et 79 du Décret Missions du 24 juillet 1997)

Le Pouvoir Organisateur s'accorde le droit de clôturer les inscriptions avant le premier jour ouvrable du mois de septembre, par manque de place. L'élève n'acquiert la qualité d'élève régulièrement inscrit dans l'établissement que lorsque son dossier administratif est complet. L'inscription concrétise un contrat entre l'élève, ses parents et l'école. Ce contrat reconnaît à l'élève ainsi qu'à ses parents des droits mais aussi des obligations.

^

historique

1842 : fondation de l'établissement scolaire des Filles de la Croix.

1992 : fusion des P.O. Marie-José et Sainte-Véronique

1997 : fusion des 2 écoles secondaires

1998 : lancement de l'immersion en anglais dans le secondaire et de la section "sport élite - études"

1999 : les P.O. du secondaire et du fondamental constituent un nouveau P.O. : ASBL "LES ECOLES ET INSTITUT SAINTE-VERONIQUE MARIE-JOSE" qui a son siège social 15, rue Rennequin Sualem - 4000 LIEGE.

C'est en l'année 1842 que fut fondé l'établissement scolaire des Filles de la Croix dans la paroisse Sainte-Véronique. A cette époque, le riche et élégant quartier Léopold que nous connaissons aujourd'hui, n'existait pas, la paroisse Sainte-Véronique avait en partie l'aspect d'une bonne paroisse rurale, et l'on y voyait une pauvre vieille église, où Saint-Bernard, dit-on, avait prêché, lorsqu'il était venu au Concile de Liège avec le pape Innocent II. Cette paroisse n'avait pas même d'école pour les enfants du peuple, quand Monsieur Lejeune, de pieuse mémoire, en devint le pasteur. C'est lui qui fit bâtir l'église actuelle. Quelques années auparavant, voulant procurer à l'enfance le bienfait d'une éducation chrétienne, il appela à Sainte-Véronique Les Filles de la Croix. Mais, malgré la générosité de son coeur, le digne Curé n'avait d'autre résidence à leur offrir qu'une petite maison située près de l'église, et ne possédant pour toute richesse que ses quatre murs. Or, elle n'était pas seulement étroite et pauvre, elle était sale et délabrée. Il fallut la mettre en état de recevoir les Soeurs et les enfants. La vénérée Fondatrice de la Congrégation des Filles de la Croix, Mère Thérèse s'en chargea. Chaque jour jusqu'à ce que la besogne fût achevée, elle s'y rendait pour nettoyer et préparer avec les Soeurs la pauvre petite habitation. C'était elle qui apprêtait les repas de ses filles, et l'heure venue, elle les voyait avec plus de gaieté que jamais réunies auprès d'elle pour prendre la nourriture qu'elle leur avait préparée de ses mains. Il est vrai que l'aimable Providence se mit souvent de la partie, surtout au commencement, et quand les Soeurs manquaient de tout. On eût dit qu'elle avait pris à tâche de les visiter chaque jour, et de venir ainsi en aide à la bonne Mère Thérèse. D'un autre côté leur pauvreté donnait lieu à maintes petites aventures qui faisaient le sujet de leurs récréations; citons un exemple :

Comme il avait fallu transformer en classes les meilleures salles, une seule pièce aux proportions très restreintes restait aux Soeurs. Elle leur servait donc alternativement d'oratoire, de réfectoire, de dortoir et de salle commune.Or, pour que la Règle n'eût pas à souffrir de l'exiguïté du couvent, voici l'expédient imaginé en vue d'en sauvegarder l'observance intégrale : en divisant en trois parties dans le sens de la longueur, les neuf planches de cette unique chambre, telles de ces planches étaient affectées à l'oratoire, telles au refectoire, et telles autres représentaient les cellules. Arrangement ingénieux au moyen duquel on concilia tous les intérêts.

Le mobilier correspondait au reste, la batterie de cuisine eût fait envie à Saint-François d'Assise, le moulin à café surtout, est resté célèbre : c'était un engin dont l'origine se perdait dans la nuit des temps et qui, si l'on en croit la chronique, sciait exactement les fèves en quatre.

Quelle qu'en fût la pauvreté, Dieu daigna bénir cet humble asile; les enfants y affluèrent, les coeurs y respiraient à l'aise, et ces beaux jours ne s'effacèrent jamais de la mémoire des quatre Soeurs appelées à commencer l'Ecole. Dix ans après, en 1852, on éleva, rue Louvrex, un bâtiment qui, sans être spacieux, suffit aux fonctions que les Soeurs avaient à remplir dans ce quartier. Des classes payantes y furent ouvertes en 1853, et sont actuellement fréquentées par 150 à 200 élèves; les classes gratuites en comptent 350. Celles-ci ont été subsidiées par le gouvernement à partir de 1895.

En 1865, avec le bienveillant concours de quelques dames de la paroisse, les Soeurs établirent dans leurs salles scolaires l'oeuvre du Patronage, et en 1875, une Congrégation de demoiselles fut érigée sous le vocable de Notre Dame des Douleurs. Après la mort du regretté Monsieur Lejeune, qui avait appelé les Filles de la Croix à Sainte-Véronique et qui avait administré la paroisse pendant plus de trente ans, se faisant aimer de tous par sa bonté et son dévouement, la Providence donna aux Soeurs dans la personne de Monsieur Grenade, un père non moins dévoué, et à la paroisse entière un pasteur non moins rempli de zèle. Grâce à sa protection ainsi qu'au concours de quelques dames charitables de la paroisse qui organisaient des collectes, l'établissement prospéra et s'agrandit considérablement. Voici dans quelles circonstances :

Depuis longues années, les Soeurs donnaient l'enseignement aux enfants pauvres dans un local contigu à l'église et appartenant à la fabrique. Après la promulgation de la loi de malheur sur l'enseignement, les religieuses reçurent la sommation d'abandonner au plus tôt ce local. Elles ne se rendirent pas immédiatement et continuèrent à y donner classe, en faisant entrer les enfants par voie détournée. L'innocent subterfuge fut découvert, et les maîtresses furent contraintes de déménager; mais par ce moyen on avait gagné du temps, et avant que l'on fût obligé de renvoyer les élèves, un beau bâtiment scolaire s'élevait dans le jardin du couvent.

Cependant les enfants affluaient en si grand nombre à l'école des Soeurs qu'il fallait absolument continuer la classe gardienne dans l'ancien local. Pour légitimer cette mesure urgente, Monsieur le curé demanda à la fabrique de lui louer la salle en question, ce qui fut gracieusement accordé. Le bon Monsieur Grenade croyait en avoir acquis ainsi la libre disposition, mais vain espoir ! Bientôt on lui interdit l'emploi de cette salle pour tenir école, et les Soeurs se virent sur le point de devoir congédier les 150 petites enfants qui peuplaient la classe gardienne. Heureusement, cette fois encore, une maison s'éleva et fut achevée à temps pour y recevoir les élèves sans avoir eu la douleur de les renvoyer. Cette seconde construction était même, plus vaste que la première.

Monseigneur Doutreloux vint bénir solennellement la nouvelle école. Le jour qui fut témoin de cette intéressante cérémonie fut un jour de bénédiction pour la paroisse entière en lui procurant la visite du premier Pasteur du diocèse, un jour de consolation aussi pour ce vénéré Pontife, ainsi que pour le révérend Monsieur Grenade. Ces grands Bienfaiteurs et amis de l'enfance jouissent maintenant au Ciel de la belle récompense que leur a méritée une vie toute de zèle et de fidélité au service de Dieu et du prochain. Ils continuent, nous n'en doutons pas, à jeter un regard favorable sur les oeuvres qu'ils ont protégés avec tant de sollicitude, et si l'école Sainte-Véronique est en voie de prospérité, si en 1900 et 1902, on a dû agrandir encore les locaux scolaires, n'est-ce pas à leur intercession toute puissante que nous le devons ? Hommage reconnaissant aussi au digne successeur de Monsieur Grenade, Monsieur le Curé Guélen, et à Messieurs les Vicaires de Sainte-Véronique, qui en toutes rencontres, nous donnent tant de témoignages de leur bienveillante protection et de leur dévouement désintéressé.

Que leurs noms joints aux noms bénis des chers Fondateurs de l'Ecole Sainte-Véronique, y restent à jamais en vénération !
Liège, le 5 février 1906

^

 
COLLEGE SAINTE-VERONIQUE | rue R. Sualem, 15 - 4000 LIEGE | tél. 04 252 40 72 | fax 04 254 28 40 | sec.eleves@sainte-veronique.be